Est-il réellement sérieux de dire que les jus de fruits augmenteraient le risque de mortalité ?


AdobeStock 182745759
Paris, le 22 mai 2019
Une étude réalisée par des chercheurs de l'université de Harvard (États-Unis) et publiée la semaine dernière dans la JAMA [1,2] suggère une association entre la consommation de boissons sucrées, y compris les jus de fruits, et le risque de mortalité chez les adultes américains.
L’interprofession des jus de fruits tient à rappeler trois points essentiels qui doivent être pris en compte :

1. Un contexte d’étude non applicable à la population française et une interprétation des données qui pose question
Pour rappel, cette étude a été menée sur une population américaine composée de personnes âgées (âge moyen au début du suivi de 64 ans) et dont 70% étaient en surpoids ou obèses. Ces données et caractéristiques démontrent bien qu’il est impossible d’appliquer les résultats à la population adulte française.
L’interprétation des résultats et les conclusions faites dans l’article peuvent également être questionnées :
• Les chiffres présentés pour les risques accrus de mortalité globale et cardiovasculaire ne sont pas statistiquement significatifs - un prérequis scientifique nécessaire à toute conclusion robuste ;
• La quantité de jus de fruits qu’il faudrait consommer dans cette population spécifique pour accroître le risque de mortalité globale a été définie arbitrairement à plus de 350mL (ce qui ne correspond absolument pas à une quantité de jus habituellement consommée en France (≈ 150mL), voire même aux Etats-Unis) ;
• Les causes de mortalité globale ne sont absolument pas détaillées ou identifiées : les décès durant le suivi auraient pu être accidentels, dus à un cancer ou à une infection… ; autant de causes qui ne peuvent pas être associées à la seule consommation de jus de fruits.

2. Des données européennes disponibles sur le même sujet montrant des effets bénéfiques pour une consommation modérée de jus de fruits
En février 2019, une étude [3], issue de la large cohorte européenne EPIC, publiée dans le British Journal of Nutrition montre des résultats très différents de ceux de l’étude américaine. Sur un suivi de près de 15 ans d’adultes de 20 à 69 ans, l’étude européenne met en évidence qu’une consommation modérée de jus de fruits (de 1 à 7 verres de 150 mL par semaine) est associée à un risque de maladie cardiovasculaire réduit de 17% (IC 95%, 5% à 27%) et à un risque de crise cardiaque réduit de 24% (IC 95%, 6% à 39%).

3. Aucune surconsommation des jus de fruits en France mais une consommation raisonnable et structurée
En France, la consommation de jus de fruits concerne 2/3 des enfants et moins de la moitié des adultes. Quand ils en consomment, adultes et enfants en boivent en moyenne autour de 120 mL par jour, soit environ 3/4 de verre par rapport à la portion de référence de 150 mL. Par ailleurs, les jus de fruits sont très majoritairement pris lors des repas (environ 90%), et principalement au petit-déjeuner [4]. L’interprofession encourage une consommation responsable et raisonnée des jus de fruits en respectant les recommandations alimentaires en vigueur.

Dans un climat de défiance alimentaire où se multiplient les communications alarmistes, nous appelons à la plus grande rigueur et une lecture complète des études qui circulent au sujet des « boissons sucrées » intégrant ou non les jus de fruits. Il est réducteur de considérer que ces produits possèdent des caractéristiques similaires. Par ailleurs, il est important d’avoir en tête que les réalités de consommation (quantités et moments) en France sont très différentes de celles sur lesquelles s’appuient de nombreuses publications (majoritairement américaines).



Sources :
1- Collin LJ, Judd S, Safford M, Vaccarino V, Welsh JA. Association of Sugary Beverage Consumption With Mortality Risk in US Adults: A Secondary Analysis of Data From the REGARDS Study. JAMA Netw Open. 2019;2(5):e193121. doi:10.1001/jamanetworkopen.2019.3121
2- Guasch-Ferré M, Hu FB. Are Fruit Juices Just as Unhealthy as Sugar-Sweetened Beverages? JAMA Netw Open. 2019;2(5):e193109. doi:10.1001/jamanetworkopen.2019.3109
3- Scheffers, F., Boer, J., Verschuren, W., Verheus, M., Van der Schouw, Y., Sluijs, I., . . . Wijga, A. (2019). Pure fruit juice and fruit consumption and the risk of CVD: The European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition–Netherlands (EPIC-NL) study. British Journal of Nutrition, 121(3), 351-359. doi:10.1017/S0007114518003380
4- enquête CCAF 2016 du Crédoc